Michèle Standjofski est née à Beyrouth en 1960. Elle dessine et peint dès l’âge de 7 ans dans l’atelier de son grand-père Michel Horoche. Grand-père qu’elle préfère à tous ses autres professeurs. Atelier qu’elle préfère à toutes les autres salles de classe.

A 13 ans, c’est dans une chambre d’hôpital qu’elle se découvre une passion pour la bande dessinée. Sur sa lancée, elle dessine, en collaboration avec une amie, les 48 pages de sa première BD, Les aventures de Chips.

Après un bac littéraire passé à Athènes, elle hésite entre des études de littérature à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth et l’atelier St Luc de bande dessinée à Bruxelles. Elle finit par opter pour les lettres …et Beyrouth. Elle présente un mémoire de maîtrise sur la place du texte dans la bande dessinée.

Depuis 1977, elle travaille en tant qu’illustratrice pour la presse, la pub et l’édition.

Elle anime, de 1979 à 1989 une chronique sur la bande dessinée dans l’Orient-Le Jour, quotidien libanais francophone.

En 1987, elle crée dans les pages de l’Orient-Le Jour le strip bi-hebdomadaire Beyrouth-Déroute qu’elle dessine pendant 10 ans.

En 1989 elle devient maman et s’investit de plus en plus, à partir de là, dans l’illustration de livres d’enfants.

Elle a animé plusieurs ateliers et séminaires d’illustration et de bande dessinée, au centre culturel français et au salon du livre de Beyrouth.

Elle a exposé à Angoulême, Beyrouth, Ravenne, Istanbul, Athènes, Sharjah et Aix-en-Provence.

Depuis 1992, elle enseigne la bande dessinée et l’illustration à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts.

Elle a créé, en 2012, le collectif Gémeaux avec Laura-Joy Boulos et Myriam Boulos. Leur projet, Disorder(s)in Beirut, a été exposé à la galerie Janine Rubeiz en octobre 2015.

Elle travaille actuellement à un récit autobiographique en bande dessinée, dont la première partie a été exposée, de mars à juin 2013, au centre des archives départementales d’Aix-en-Provence.